Shani (Saturne) & Gulika

Shani Deva est le dieu Saturne. Il est l’ami des Yogis, de ceux qui cherchent le détachement et l’éveil spirituel. Il nous guide à travers les méandres du monde.

Shani est notre guru intérieur, celui qui apporte Jnana (connaissance) du monde et nous enseigne les leçons les plus profondes notamment nos leçons karmiques.

 

Shani ou Saturne représente la justice, le sage reclus dans sa caverne, le méditant, le vieillard, celui qui est en retrait. Il symbolise aussi le fruit de notre karma.

Bien que souvent perçu comme « maléfique », Saturne s’avère être en plus d’un travailleur, un enseignant tout comme Jupiter (#dharmatype). Alors que Jupiter enseigne la sagesse des textes, Saturne nous apprend la vie – cette vie qui a ses hauts, ses bas et ses déceptions. Il nous impose une certaine discipline, nécessaire à notre réussite. 

Il nous pousse à l’introspection, au besoin de solitude afin de faire face au chaos du monde.

Il cherche à nous relier à quelque chose de plus grand.
On comprend alors très vite à quoi ses anneaux lui servent – à se protéger. Saturne se retire du monde et de ses banalités pour découvrir la véritable source de son existence. Il se barricade pour mieux plonger dans les méandres de son être.

Shani nous enseigne la bénédiction de la solitude. Il est un sage, un philosophe, un politicien, un soigneur et un gestionnaire. C’est un travailleur, il sert dans cette vie le divin dans toutes ses formes.

Shani est l’opposé d’Hanuman (la représentation la plus pure de l’amour). Un amour inconditionnel, loyal, fidèle et amical. Seul Hanuman peut limiter les effets parfois durs de Shani. Car seul l’Amour de soi et l’Amour universel valent la peine d’être suivi. Et cela Saturne le sait bien.

Alors aujourd’hui, n’est pas peur de mettre les barrières nécessaires aux personnes et situations qui ne t’apportent ni solitude régénératrice ni Amour avec un grand A. N’est pas non plus peur de ce nouveau confinement qui t’invite à trouver Anandha au travers de ces instants de solitudes, si beaux et si rares.

Saturne est aussi très alaise en Verseau et en Capricorne. Dans tout les cas, nous devons nous retrouver avec Shani, car seul lui détient les secrets que nous recherchons tant.

« For oft, when on my couch I lie
In vacant or in pensive mood,
They flash upon that inward eye
Which is the bliss of solitude;
And then my heart with pleasure fills,
And dances with the daffodils. » – Atal Bihari Vajpayee

Qui est Gulika ?

Gulika est une Upagraha, ou « planète ombre ». Les Upagraha ne sont pas des planètes mais plutôt des points mathématiques invisibles. On en inclut plusieurs différentes des « Shadow Planets » Rahu et Ketu. Ici, Gulika est l’ombre, le satellite de Saturne, on le nomme aussi le fils de Shani. On l’appelle parfois Maandi bien que certains astrologues distinguent deux entités.

On relit Gulika à Ajna chakra, le 3ème oeil. Il implique comme Saturne : retard et lenteur.

 

Selon où Gulika se place dans une charte, ses effets sont forts mais il est possible de les soulager. 

Par exemple, si Gulika impact ton physique (ton ascendant notamment), tu voudras apporter de la lumière à cette ombre avec du soleil ou de la vitamine D. 

  • À un niveau émotionnel, tu voudras t’entourer de bonnes personnes. 
  • À un niveau spirituel, tu devras te tourner vers les mantra et la lumière pour soulager ses effets.

 

Mais avant tout, ces Upagraha : comme Gulika mais aussi les éclipses Rahu et Ketu – sont là pour nous permettre d’accepter notre karma et de renoncer à l’envi de changer nos placements difficiles, en les vivant avec joie et légèreté car ils font par de notre avancement et de notre évolution. C’est ce que l’on appelle « Surrender ».


Les Upagraha nous rappellent l’existence des 3 karma :

  • Dridha (karma fixe, difficile à changer)
  • Dridha-Adridha (karma fixe et changeable mais avec beaucoup d’effort)
  • Adridha (karma changeable grâce à notre libre arbitre et discernement)

Pour en apprendre plus